Critique de discographie : Enuff Z’Nuff

Lorsque Donnie Vie (chant, claviers et guitare rythmique) et Chip Z’Nuff (basse, cœurs, guitare rythmique) forment en Enough Z’Nuff en 1984, qui deviendra Enuff Z’nuff, ils étaient loin de se douter que leur groupe serait comparés par le Rolling Stone Magazine avec les Beatles, que Vie et Z’Nuff seraient comparés par certains journalistes d’une époque révolue avec John Lennon et Paul McCartney (bien que dans un livre sorti en 2019, (The Spectacular Rise, Fall and Rebirth Of Hair Metal), EZ’N y est aussi comparé au groupe de pop le plus influent au monde). Plongeons-nous dans l’épopée du groupe de power pop (c’était pas vraiment du glam metal) le plus Beatlesque du hard rock.

Enuff Z’Nuff

Enuff Z’nuff s’est formé en 1984 à Blue Island (Illinois, USA) mais la formation originale (avec Vikki Foxx et Derek Frigo, respectivement, batterie et lead guitare) ne s’est formée que quatre ans plus tard, pour la sortie de leur premier album éponyme, qui eut un succès modéré aux États-Unis (position 72 sur les graphiques) et qui souffrait d’une production Glam qui ne convenait pas vraiment à l’esprit du groupe. L’album, qui est le plus glam de groupe, était riche en chansons accrocheuses telles que « Fly High Michelle » et « New Thing » et est à ce jour, l’un de leurs meilleurs efforts. En 1991 naquit Strenght, un autre monument un peu plus power pop riche de quelques classiques (« Goodbye », « Time To Let You Go » ou encore « Baby Loves You ») aux mélodies accrocheuses et délicieusement alléchantes.



Après que Vikki Foxx soit parti de EZ’N en 1992 (apparemment en mauvais termes, il sera exclu de la pochette du prochain album), le groupe sortit sont troisième album : Animals With Human Intelligence, sorti en 1993 reste sur la lancée de Strenght, c’est à dire, un album délicieux, riche en mélodies accrocheuses. Un critique de l’époque dira même qu’il emmènerait uniquement les trois premiers EZ’N sur une île déserte (j’imagine que vous avez compris dans quelle situation il l’a dit). Mes favoris sont « These Daze » et « Right By Your Side ».

En 1985, le groupe avait enregistré un album jamais sorti avant 1994, sous le titre « 1985 ». Cet album est plus pop que les précédents mais n’a pas touché un succès correct et prolonge la descente aux enfers d’EZ’N, dont seul le premier album s’est relativement bien vendu. Fait étonnant, l’unique single de cet album est une piste cachée.

Dès lors, EZ’N commencera son périple indépendant avec Tweaked, qui inclut « My Heroin », une chanson acoustique un peu planante , lui succèderont Peach Fuzz (compilation de vieux matériel), qui se démarque grâce à l’inclusion de « Happy Holiday », une chanson (excellente) connue grâce à quelques compilations (Monster Ballads X-mas, pour citer la plus connue). Seven, en 1997, sorti auparavant au japon, se démarque grâce à « Wheels ». Paraphernalia sort quant à lui en 1999 et sa pochette reprend celle de Queen II, j’aime le joyeux et entraînant « Everything Works If You Let It » avec Billy Corgan (The Smashing Pumkins) en invité. En 2000 sortit 10, son single, « There Goes My Heart » est un favori des fans et permit a cet album d’aller à la 60ème place des classements japonais, cette chanson est . Welcome To Blue Island est le dernier album original à présenter Donnie Vie au poste de chanteur, qui quitte EZ’N pour sa carrière solo, cet album contient une de mes chansons préférées d’EZ’N, « I’ve Fallen In Love Again ». l’album suivant ? (l’album est intitulé  »? ») est plutôt bien accueilli, bien que ce soit encore des fonds de tiroir, grâce à « Gorgeous », un favori personnel.

Il faudra attendre 2009 pour un nouvel album, intitulé Dissonance, qui réunit Donnie Vie et Chip Z’nuff (bien que Vie ne revient pas dans le groupe). Cet album est plutôt bien accueilli par les critique. Plus tard, en 2014, EZ’N sortit l’album de reprises Covered In Gold, contenant des reprises sympas telles que « Yankee Rose » de David Lee et « She Sells Sanctuary » de The Cult bien que la plupart du matériel soit déja oaru sur d’autres albums (comme « Stone Cold Crazy »). Clowns Lounge quant à lui est sorti en 2016, un énième album plein de vieux matériel présentant Donnie Vie au chant. Cet album contient une chanson enregistrée à l’occasion, « Dog On A Bone », très sympa, et peut-être lourde. J’adore le refrain.


Diamond Boy est sorti en 2018. Cet album est le premier à ne pas présenter du tout Donnie Vie, qui se retrouvait souvent sur au moins une chanson dans les précédents albums. Il contient au moins une bonne chanson, « Where Did You Go ». En 2020 est sorti Brainwashed Generation, dont la pochette me plait beaucoup. Il contient une chanson très bonne, « Broken Heart ».
Finalement, en 2021, EZ’N a sorti l’album tant attendu, bien que tout le monde savait que ce serait juste un album de plus : un album de reprises des Beatles ! L’album, intitulé Enuff Z’Nuff’s Hard Rock Nite comprend au moins une version réjouissante, « Live And Let Die » n’a rien a envier à GN’R ou encore à Lizzy Borden. Le groupe assimile bien la chanson et elle sonne comme sonnerait Enuff Z’Nuff. J’aime bien aussi la version de « Helter Skelter », bien qu’elle soit proche de l’original.

En conclusion, le groupe au symbole de la paix est doté d’une discographie culte, sans mauvais album, mais sans chef-d’œuvre non plus. Chaque album contient au moins une chanson géniale aux refrains power pop plaisants. Le seul petit bémol selon est qu’il y a trop d’albums constitués de matériel enregistré ultérieurement (franchement, 1985 est une aberration, il aurait du au moins être réenregistré) et ne présentant ni le line-up contemporain, ni le son contemporain.

Bonne journée !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s