Critique : The Return Of Great Gildersleeves-Danger Danger (2000)

Pas de présentation, cinquième album du groupe, troisième avec Paul laine, le chanteur plus talentueux mais moins emblématique, mal-aimé par moi même.

The Return Of Great Gildersleeves

L’album s’ouvre sur « Grind », une chanson heavy-hard mélodique très agréable avec un refrain accrocheur. « When She’s Good She’s Good (When She’s Bad She’s Better) » quant à lui, est extrait des sessions de Cokroach, est un pop rock Glam formidable et qui ramène le fun dans la musique, d’où il n’aurait jamais dû partir. « Six Million Dollar Man » est un morceau étrange, plein de bruits électroniques, dont le refrain est un poil bizarre, mais qui se laisse écouter sans peine, c’est très probablement le moins bon morceau de la galette. Un morceau plus mélodique, « She’s Gone » est tout doux et a lui aussi ce qui ressemble à des bruits distordus de synthés, j’aime bien, le jeu de guitare est particulièrement émotif (vous allez rire mais je pense à John Frusciante).

« Dead Drunk And Wasted » est un morceau légendaire et le meilleur de cet album. C’est un pop rock au riff métallicanien et au solo vraiment bon. Laine est excellent et c’est un plaisir, surtout les couplets et le pont. « Dead Dog » est vraiment lourd et la basse est musclée, c’est lent et ça sonne comme du Metallica (encore) à la « Holier Than Thou », c’est un bon morceau dans son ensemble, surtout suivi du mélodique « I Do » qui est sexy et irrésistible, j’aime bien ce morceau entraînant au refrain accrocheur. Le jeu de guitare est tantôt lourd, tantôt mélodique et sa structure fait plaisir. Laine brille vraiment sur ce morceau. j’adore !

« My Secret » est lui, vraiment dansant et doux, comme un « Black Summer » (des Red Hot) version DD, le piano rajoute un peu de texture au tout et rend bien. Le refrain est presque une extension du couplet. « Cherry Cherry » renvoie aux premiers DD, la basse musclée en plus (faut croire qu’Andy Timmons ne laissait pas de place aux autres). C’est un morceau rock vraiment bon et accrocheur, trop mésestimé à mon gout, j’adore ça, c’est l’une des meilleures chansons d’amour (dans tous les sens du termes) de cette planète, le solo est sympathique. Le refrain est juste une tuerie (« Cherry cherry you’re so sweet »). On passe du coq à l’âne avec ce morceau lourd et enragé qu’est « Get In The Ring » (en même temps avec un titre comme ça). Le refrain est bon et la chanson est plus que bonne, mais rien qui m’extasie (surtout après « Cherry Cherry »). Le dernier titre est « What I Like Ya Talk It » est qui échappe de peu de l’étiquette de « remplissage » grâce sa vitesse, ses guitares, et surtout de Laine, qui sauve cette composition pas si ouf que ça, mais toujours sympa.


Pour conclure, on a un album vraiment bon, bien que très lourd et sonne d’enfer grâce à de super compos. C’est le deuxième album après le retour aux affaires de Danger Danger (après un Dawn pur fruit du grunge) et grâce à Paul Laine, aucun vide ne se fait sentir (la perte d’un ou plusieurs membres d’un groupe, aussi bons soient les remplaçants, est toujours un problème, comme dans Van Halen, Black Sabbath, Gotthard; certes, tous ou presque s’en sortiront bien, mais un manque de la formation originale se fait toujours ressentir).
Bref, c’est un mérité 9/10 !

Bonne Journée !

4 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s