Critique : Rest In Sleaze – Crashdïet (2005)

Crashdïet, le meilleur groupe de sleaze en 2005, devant même Hardcore Superstar, n’a très malheureusement signé qu’un seul album avec son charismatique chanteur Dave Leppard, qui s’est pendu en 2006 suite à un épisode de dépression. Cet album, Rest In Sleaze, reste dans mes annales comme le monument du sleaze scandinave, le meilleur album de 2005 (et la concurrence est rude, surtout avec les vétérans d’HCSS), ainsi que comme le meilleur premier album d’un groupe de sleaze. Vous l’aurez compris, je suis follement dingue de cet album.

Rest In Sleaze

Passons à la musique ! « Knokk ‘Em Down » ouvre les hostilités avec un mid-tempo enragé, la batterie est méchante (surtout sur les refrains et le riff tient de Ratt et de Mötley Crüe. Dave Leppard chante parfaitement bien les couplets, et encore mieux les refrains, avec des cris aigus excellents. J’adore ce morceau et le solo est génial. « Riot In Everyone » continue avec une ligne de basse survoltée décorée de sirènes de polices, ainsi que d’un riff méchant. Les Kids Of The Underground nous disent de nous révolter contre ceux qui nous oppressent. Le refrain est super entraînant. J’aime tout de cette chanson, et Dave Leppard est vraiment un super chanteur. Le guitariste Martin Sweet n’est pas un manchot non plus car il nous livre un autre solo de six-cordes excellent. La batterie martèle bien le rythme et donne envie de headbanger. On passe à un favori personnel qui commence avec un court solo : « Queen Obscene/69 Shots ». Ce morceau est bien rock et parle d’une « sex love bomb machine ». J’adore la rythmique incisive et la batterie puissante, mais la prestation vocale de Dave Leppard est juste magique, le refrain est aussi une pure tuerie pleine de gimmicks vocaux stellaires. On a un bon solo aussi.

Gros riff lourd de guitare en intro, « Breakin’ The Chainz » déchire tout. On a un morceau avec des guitares à la « Shout At The Devil » ainsi qu’une rythmique lourde comme un rouleau-compresseur. Le refrain ainsi que les couplets sont excellents et le solo de Sweet est à la limite du Slash à la sauce Judas Priest. « Needle In Your Eye » attaque d’emblée avec un riff lourd et un début de refrain qui rappelle « Givin’ Yourself Away » de Ratt. Heureusement,rien à voir avec cette power ballad. On a ici un morceau dangereux, certes, influencé par les rongeurs, mais original et délicieux. La batterie porte le morceau après ces riffs puissants. Le refrain est bien accrocheur et brut. Le solo de Sweet n’est pas mal. Vers la fin, le tempo accélère et l’on se demande ce que ça aurait donné si tout le morceau était comme ça. « Tikket » est un up-tempo addictif avec un refrain entraînant et un jeu de guitare exceptionnel. Ça donne envie de taper du pied, de headbanger ou tout ce que vous voulez. Dave Leppard nous offre une prestation vocale excellente. Encore un essentiel (c’est le sixième jusqu’ici). On a aussi une explosion de vitalité vers la fin avec des cris, une batterie géniale et une guitare d’enfer.

« Out Of Time » est immédiatement entraînant avec un riff superbement accrocheur. Le pont pont et le refrain sont parmi les plus accrocheurs et travaillés de l’album. La rythmique ainsi que la guitare sont présent mais Dave Leppard brille plus que tout. Comme une supernova dans le ciel ou un Tom Keifer devant 120 000 russes au festival pour la paix de 1989. Le meilleur morceau de l’album est le superbe « It’s A Miracle ». Une ambiance mystérieuse et moderne s’en dégage. On a un super jeu de guitare, une bonne basse et un jeu de batterie qui porte ce titre. Mais on est pas dupe. C’est l’excellent Dave Leppard qui brille avec son couplet-pont-refrain qui semble avoir été composé pour que chaque milliseconde puisse nous plaire. La fin du morceau est encore meilleure et la guitare y est plus présente. C’est le bon moment pour attaquer avec le presque punk « Straight Outta Hell », qui aurait été a sa place sur le premier L.A. Guns ou sur le premier Faster Pussycat (ou sur Strange Love de T.S.O.L.). La batterie est omniprésente. Le refrain est clairement l’un des plus grands bangers de cet album. Le solo et le riff de guitare sont excellents aussi. Le dernier morceau est « Back On Trakk » (petit problème de Crashdïet avec les doubles K), et fait super son taf. C’est un morceau dynamique avec une batterie vive et un refrain travaillé et entraînant. La batterie déchire et on a une rythmique d’enfer. Bonne façon de clore l’album.

Tracklist :
1. Knokk ‘Em Down
2. Riot In Everyone
3. Queen Obscene/69 Shots
4. Breakin’ The Chainz
5. Needle In Your Eye
6. Tikket
7. Out Of Line
8. It’s A Miracle
9. Straight Outta Hell
10. Back On Trakk

Line-up :
Dave Leppard | Chant
Martin Sweet | Guitare
Mace Kelly | Basse
Eric Young | Batterie

Je n’ai aucune critique négative à dire, si ce n’est que c’est dommage que Dave Leppard n’aie rien fait d’autre car cet album est une vraie réussite. C’est probablement le plus grand album de Sleaze scandinave jamais fait. Depuis « Knokk ‘Em Down » jusqu’à « Back On Trakk », en passant par « It’s A Miracle » ou « Queen Obscene/69 Shots », c’est une réussite. C’est vraiment triste que cet album coûte si cher (si vous le trouvez à un prix raisonnable, foncez !!) car j’adorerais l’avoir en CD. C’est là qu’on voit que le rock/metal est mort. Si demain, un nouveau groupe vous sort un album meilleur qu’Exile On Main Street, que le White Album, que Led Zeppelin IV et qu’Appetite For Destruction réunis, avec des singles excellents et accrocheurs, et bien c’est très probable qu’ils passent inaperçus. On l’a bien vu. Le nouveau groupe de rock le plus en vue du moment est Greta Van Fleet, si ce n’est pas triste. Je pense que le rock est mort en même temps que Kurt Cobain, soit 1994 (non pas que j’aime particulièrement le grunge, mais il faut dire que c’est le dernier genre important du rock à ne pas rapper ou faire de la pop dans l’intention de faire un doigt d’honneur au rock en général (genre Machine Gun Kelly, croyez-le ou non, mais ce fils de pute croit faire du « rock », alors que tout ce qu’il fait, c’est cracher au visage des quatre décennies de vrais rockers qui l’ont précédé). Bref, pour revenir à Rest In Sleaze, ça déchire tout avec un mérité 10/10 !!!!

Bonne Journée !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s