Critique : Girls Girls Girls – Mötley Crüe (1987)

Il se trouve que j’avais envie de critiquer cet album, mal-aimé par le groupe, qui le considère comme l’un des moins bons. Franchement, sans rivaliser avec les deux premiers, Girls se défend très bien.

Girls Girls Girls

Le groupe était toujours composé de Nikki Sixx, Tommy Lee, Mick Mars et Vince Neil. Ils étaient au pire niveau addictions, et Nikki Sixx a fait sa double overdose à Londres en 1987. Passons à la musique…
Cet album s’ouvre sur le séminal « Wild Side ». C’est un joyau big-rock avec un riff animal et un groove de motard. J’aime beaucoup les paroles et surtout le refrain, entraînant et accrocheur. Il y a cette brutalité incroyable, c’est un super morceau très sauvage, porté par des riffs cool mais surtout par cette batterie d’orang-outan de Tommy Lee, qui est toujours incroyable et qui renforce sa position en tant que meilleur batteur de glam metal. L’énorme tube de l’album, le morceau favori de tout bar porno ou salon de strip-tease lui succède, j’ai nommé « Girls Girls Girls ». Je suis attaché à ce morceau car c’est l’un de mes favoris et surtout le premier morceau de glam metal que j’ai écouté (hors KISS période démaquillée) avec « Kickstart My Heart ». On a de super riffs, mais surtout une basse incroyable, signée Nikki Sixx. J’adore Vince Neil dans ce morceau, clairement dans son élément, c’est-à-dire choper de la strip-teaseuse. Petit point là-dessus, car dans la Penis Chart de Metal Sludge, une femme rapporte qu’il est moyen au lit, ce qui est en pure contradiction avec le film the Dirt, mais j’ai tendance à croire Metal Sludge. Bref, j’aime beaucoup ce morceau, véritable poésie de camionneur. Encore un bon morceau ouvert par un riff excellent, « Dancin’ On Glass » attaque avec des vocaux excellents et Vince Neil qui grogne. Ce mid-tempo est assez bon bien qu’étant assez faible par rapport aux meilleurs morceaux de l’album.

« Bad Boy Boogie » est boogie (bien que cette affirmation soit influencée par le titre de la chanson), avec un rythme balançant façon jazz/swing. Proche du précédent, c’est un mid-tempo porté par un super travail de guitare, un peu plus blues. J’adore le travail de basse sur ce morceau. « Nona », courte ballade en hommage à la grand-mère fraichement décédée de Nikki Sixx est toute douce et jolie, avec de doux arpèges et des cœurs. On revient avec un riff Marsien kickass avec « Five Years Dead ». Crunchy et agressif, j’aime bien ce morceau, efficace et mémorable mais assez proche des deux précédent « Nona ». « All In The Name Of… », plus rapide, est très accrocheur, un peu bluesy, surtout dans le magnifique travail de guitare de Mick Mars. J’aime bien le refrain, accrocheur. On passe à ma deep cut préférée, « Sumthin’ For A Nuthin », déjà, j’adore le riff séminal. Ensuite, le refrain est très entraînant, c’est un véritable banger. J’adore les solos de Mick Mars, plus imprégnés de Jack Daniels que tout ce qu’à fait Michael Anthony dans sa vie (ils aiment tous deux le Jack Daniels, un peu comme les Sex Slaves). La ballade claviers de rigueur, « You’re All I Need » est magnifique, avec des paroles dérangeantes mais un chant déchirant. Tout est bon ici, j’adore ! C’est une power ballad tout ce qu’il y a de plus normale mais elle est très bien foutue. Cet album se clôt sur une reprise live excellente et kickass du « Jailhouse Rock » du King Presley. Mötley Crüe réussit à nous offrir une version totalement maîtrisée, entraînante, avec un super travail de guitare, et une basse rockabilly. Ils ont peut-être abusé des amphétamines mais ça sonne d’enfer !

Tracklist :
1. Wild Side
2. Girls Girls Girls
3. Dancing On Glass
4. Bad Boy Boogie
5. Nona
6. Five Years Dead
7. All In The Name Of…
8. Sumthin’ For Nuthin’
9. You’re All I Need
10. Jailhouse Rock (live)

Line-up :
Vince Neil | chant
Nikki Sixx | basse
Tommy Lee | batterie
Mick Mars | guitare

Mötley Crüe était incroyable, même dans leur pire période, Theater Of Pain et Girls Girls Girls, ils étaient capables d’offrir au moins trois morceaux excellents. Pour faire simple, cet album n’a pas de vraiment mauvaises chansons, mais plusieurs sont juste peu inspirées. J’adore les singles et quelques unes des deep cuts, mais ce n’est certainement pas une réussite artistique comme le sera Dr. Feelgood. Cet album vaut ce qu’il vaut et pour moi c’est un solide 7,5/10. En fait, cet effort s’approche à un album des L.A. Guns mais en moins bon, c’est à dire : d’excellents morceaux qui en côtoient certains un peu moins bons.
À partir de 1985, Mötley Crüe va se faire chouchouter par Elektra Records, qui vont lui faire des clips formidables comme celui de « You’re All I Need ». Bien que l’on de retrouvera jamais la simplicité de « Looks That Kill » (le meilleur clip aux pires effets scéniques et spéciaux).

Bonne Journée

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s