Critique : Public Ennemies-Pretty Boy Floyd (2017)

Connaissez-vous le groupe le plus glam du glam metal (the glammest hair band)? Ce n’est même pas moi qui le dit, c’est Christopher P.Hilton, l’auteur du livre The Spectacular Rise, Fall and Rebirth of Hair Metal. Bref, PBF a sorti en 1989 Leather Boys With Electric Toys, leur premier album puis a disparu (et pas que de la mémoire du peu de personnes qui le connaissaient), pour revenir avec un album indigne : Size Really Does Matter en 2004 et quelques compiles de fond de tiroirs avec des démos (stray bullet et autres). Il y a aussi ce tribute album sans âme de KISS (KISS of Fire) mais rien d’autre.
Jusqu’à ce magnifique Public Ennemies (Il y a aussi un film intitulé Public Ennemies sur Pretty Boy Floyd, le braqueur de banque dont PBF tire son nom). L’album a été décrit par un de ses membres comme la véritable suite de « Leather Boys With Electric Boys »…

Public Ennemies

Tout d’abord, j’aimerais signaler que j’adore la pochette avec le nouveau logo et ce magnifique pentagramme inscrit dans le « O’ de « boy » et ce squelette en costume pointant deux revolvers sur nous, ainsi que ses bagues sataniques (croix, crânes, 13, symboles celtes, pyramide illuminati).

Passons à la musique, après une courte intro intitulée « S.A.T.A. » (je ne sais pas ce que ça veut dire), le morceau « Feel The Heat » explose avec un Steve Summers (le chanteur) excellent comme jamais, une batterie enragée et un solo court d’enfer, ce morceau me ramène au premier album de PBF mais en un poil moins radiophonique. « High School Queen » rattrape le coup et nous propose un morceau accrocheur comme jamais avec ces mélodies si « Pretty Boy Floyd » proche de « 48 Hours ». Le morceau suivant s’ouvre avec un riff un peu plus lourd, « Girls All Over The World » est un morceau énergique avec une batterie qui martèle le tempo et un refrain délicieux. « American Dream » commence avec un solo, ce qui annonce un morceau cool, le refrain est accrocheur mais ça sonne plus comme un morceau inachevé, le morceau est sauvé par le riff.

Le morceau suivant (« We Can’t Bring Bak Yesterday »), une ballade qui se rapporte à « I Wanna Be With You », est sublime avec des harmonies vocales qui donnent une profondeur magnifique. J’aime beaucoup cette piste. Le solo est plutôt cool et dure plus que les autres solos de l’album (au fait, j’ai appris que le pluriel de solo est soli). On passe au morceau le plus long de l’album (4:18, pas de quoi en faire un plat), intitulé « We Got The Power » et dieu merci, c’est le meilleur morceau jusqu’ici, c’est accrocheur comme il le faut, puissant mais un peu soft, le pont est super génial et le refrain est un délice aux mélodies cool. Le morceau se paye même un interlude à la basse suivi de la meilleure partie de la chanson (c’est le refrain mais qui sonne mieux). Alors qu’on vient d’enchaîner deux titres plus doux, Pretty Boy Floyd arrive avec « Do Ya Wanna Rock », un morceau un peu plus Rock avec une basse d’enfer. Malheureusement, ce morceau est un peu faible, la basse survoltée est son plus grand atout.

« Run For Your Your Life » arrive avec une guitare de type sirène sur le refrain (comme dans « Some Heads Are Gonna Roll » du Priest) et un solo cool. Les guitares sont incroyables mais il manque un petit quelque chose au refrain, une étincelle. Ce morceau reste assez bon. Le prochain morceau, « Shock The World », est doté d’un refrain génial qui me rappelle un peu « Action » des Sweet. Ce morceau devient un peu répétitif vers la fin. « Paint On It » nous offre un morceau kickass avec un bon solo et une ligne de basse sympa, cette chanson devient de plus en plus meilleure au fil et à mesure que ça avance, jusqu’à une fin entraînante à souhait. « 7 Minutes In Heaven » ne dure pas 7 minutes mais est une bonne chanson avec un couplet qui laisse entrevoir une montée en puissance et un refrain trop accrocheur pour être ignoré.

« Star Chaser » est une chanson survoltée avec un tempo rapide qui annonce d’emblée ce à quoi on devrait s’attendre : un morceau rapide accrocheur qui donne envie de se lever et chanter le plus mal possible avec Steve Summers. En bonus, le solo est très bon, je pense que c’est le meilleur de l’album. Le dernier titre débarque avec un riff d’enfer, « So Young So Bad » me rappelle un peu Blackrain au niveau des voix mais c’est tout. Ce morceau s’améliore après chaque refrain et le solo est plutôt bon.


Verdict : c’est très bon, ce grand retour (ou plutôt ce one-shot) est ce à quoi je m’attendais. Des morceaux accrocheurs et un travail de guitare d’enfer, pour un low-budget de Frontiers, la production est bonne même si elle semble avoir fait défaut. Malgré ses 13 titres, cet album est court car la plupart des chansons font autour des trois minutes, ce qui rajoute du dynamisme. La section centrale (ou dans le cas de Pretty Boy Floyd, la Sex-tion centrale) est plus faible mais c’est un album assez réjouissant pour gagner un 8/10 mérité, quand cet album déchirait, il le faisait vraiment, sinon, non, c’était moyen.

Bonne Journée !

5 commentaires

    • Merci beaucoup, en effet j’aurais pu devenir le membre le plus jeune de la rédaction (à moins qu’il y en ait qui ont moins de 15 ans mais j’en doute). Je me suis demandé ce qu’il fallait faire pour poster sur Hardrock80 mais je m’étais dit qu’il fallait être que sur Hardrock80, c’est le cas ?

      J’aime

      • Rien ne t’empêche de chroniquer chez nous et tenir ton propre blog en même temps. En fait on laisse chacun faire ce qu’il souhaite. Nous ce qui nous intéresse est que chacun trouve son compte. Et ton âge prouve qu’il n’y a pas d’âge pour aimer Poison et autres gloires emplumées qui tuent !

        Aimé par 1 personne

    • eh bien je demande volontiers à chroniquer occasionnellement sur votre site, si cela ne vous embête pas. Par rapport à mes gouts, et bien souvent je me sens un peu seul mais je pense que je détesterai si Ratt devenait cool et incontournable

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s