Critique : Street Lethal-Crazy Lixx (2021)

De toute la nouvelle vague de Glam Metal (Glam Metal Revival), beaucoup, voire énormément de groupes font plutôt du Sleaze Metal (Crashdiet, Hardcore Superstar, Vains Of Jenna). Néanmoins, Crazy Lixx, lui fait uniquement du Glam Metal, avec originalité (relative), avec un son super rétro 80s (ce qui est rare, beaucoup de ces groupes ont une part de moderne dans leur son) et surtout, avec une classe incomparable importée de Suède (la scandinavie, la terre sainte du Néo Glam, Norvège, Finlande, Suède). J’ai déjà critiqué tous leurs précédents albums :
Loud Minority
New Religion
Riot Avenue
Crazy Lixx
Ruff Justice
Forever Wild
– Street Lethal

Street Lethal

Après « Enter The Dojo », une ouverture aux synthétiseurs teintés de bande-son de films de kung-fu, explose de génial « Rise Above ». Avec son jeu de guitare dynamique, sa batterie qui martèle un rythme d’anthologie, une basse qui accompagne le tout et des vocaux excellents. Avec un couplet vif et un refrain entraînant (et accrocheur, bien évidemment), « Rise Above » est le meilleur morceau de Crazy Lixx, quinze fois meilleur que chaque piste de New Religion, trois fois meilleur que « XIII » et/ou « Hell Raising Woman » et au moins cent-vingt-cinq fois meilleur que « Road To Babylon ». Le début du solo de guitare reprend « Enter The Dojo » et la suite est très fluide et mélodieuse. Le tout se termine avec un ultime refrain. Le deuxième titre est « Anthem For America ». C’est aussi une compositions d’une rare qualité, avec un riff/guitar licking excellent. C’est un morceau classique de Crazy Lixx, bien mélodique et entraînant avec une super batterie, assez proche d’un Mötley Crüe. Le morceau est juste superbe et le refrain est une pure tuerie. « The Power » est un mid-tempo travaillé, avec une ambiance géniale. J’aime bien le jeu de basse, très bon. La batterie est bien mixée et donne un rythme sympa. Les guitares sont plus typées Def Leppard. C’est un favori personnel.

« Reach Out » s’ouvre sur un solo lent de génie, et un couplet accrocheur. Le refrain ultra mélodique ravira n’importe quel fan de Nelson ou de Trixter. J’aime bien la batterie qui donne le tempo efficacement, impossible de ne pas taper du pied, et le solo de guitare est magique. Petit interlude instrumental plein de synthétiseurs et avec quelques bruits probablement tirés de Top Gun, « Final Fury » contient un solo lent intéressant et mélodique. Ça ne coupe absolument pas la dynamique de l’album. On repart sur un morceau énervé avec « Street Lethal ». Cet up-tempo est l’hymne de guerre de l’album, avec cette batterie signature de Crazy Lixx et des bruits de police. Danny Rexon chante un super refrain et le jeu de guitare est impressionant. Les riffs musclés enveloppent le tout d’une façon incroyable et j’adore le solo, l’un des meilleurs et des plus variés de l’album. « Caught Between The Rock And Roll » commence avec un super riff, qui rappelle « Hell Raising Woman ». Il s’agit d’un mid-tempo addictif avec un ensemble pont-refrain excellent. On souligne le travail de guitare, l’un des meilleurs de l’album. Vous vouliez un morceau proche d’un Def Leppard, vous avez « In The Middle Of Nothing », qui se situe au milieu de l’album. Ce morceau est presque une ballade avec un super refrain mais surtout une basse omniprésente qui booste les couplets. Encore un temps fort.

« One Fire – One Goal » commence avec une intro qui pourrait presque rappeler « After The Rain » de Nelson. Ce mid-tempo plus axé sur la guitare que le précédent est tout aussi bon, voire meilleur. Le refrain est super accrocheur, et les couplets sont entraînants. J’aime beaucoup la rythmique solide et le solo mélodieux. L’album se clôt avec le long « Thief In The Night », ça commence avec un solo lent avec des envolées supersoniques, puis avec un riff aigu accrocheur. La batterie et la basse s’ajoutent et l’on sent que ce morceau sera épique. Les vocaux sont vraiment cools, et le pont est super. Le refrain est du Crazy Lixx classique. Tout le morceau s’étale sur la longueur, mais la qualité du morceau ne nous laisse pas nous en rendre compte. On a des changements d’ambiances et un solo de guitare magnifique enveloppé d’une basse excellente.

Tracklist :
Enter The Dojo
Rise Above
Anthem For America
The Power
Reach Out
Final Fury
Street Lethal
Caught Between The Rock And Roll
In The Middle Of Nothing
One Fire – One Goal
Thief In The Night

Line-up :
Danny Rexon (chant)
Joél Cirera (batterie)
Jens Anderson (basse)
Chrisse Olson (guitare)
Jens Lundgren (guitare)


Verdict, cet album est juste excellent. Depuis la production, au mixage, plus la qualité abusée des compositions, on a un 10/10 sans hésitations. Cet album est juste magique, et Crazy Lixx est vraiment brillant. Je n’ai rien à rajouter si ce n’est qu’ils méritent une plus grande visibilité et que j’adorerais qu’ils passent à Paris.
Rien à voir mais vous ne trouvez pas que Danny Rexon ressemble au chanteur de Alestorm (la tempête de bière !).

Bonne Journée

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s